Saint-Astier, aujourd'hui et demain


Jeudi 27 Avril 2017 - Par SAAD | 8 commentaires

La DORDOGNE et SAINT-ASTIER confirment leur attachement aux valeurs progressistes.


PRÉSIDENTIELLES : PREMIER TOUR
Nous avons maintenant le choix avec 2 projets fondamentalement opposés, le débat de fond va maintenant pouvoir avoir lieu.
Attention la partie n’est pas jouée.
Même si on n’est pas en total accord avec le programme d’Emmanuel MACRON et comme le dit Éric Andrieu, Député européen dans sa lettre ouverte (voir pièce jointe en dessous), face au risque que constitue le FN pour la France comme pour l’avenir Européen, il n’y a pas à tergiverser, nous devons faire obstacle à l’extrême droite et voter Emmanuel MACRON.

VOTER C’EST NE PAS SE RÉSIGNER !!!
Dimanche est un jour essentiel ou chacune et chacun d’entre nous pourrons, dans une démarche citoyenne, exprimer un choix. La démocratie nous permet cette expression et nous devons la prendre à bras le corps. Nous devons participer, à notre échelle, à « l’écriture » de notre quotidien, à l’histoire de notre pays, à faire vivre la liberté d’expression et la liberté tout court au travers de notre vote.
 
Edwy Plenel en parle ainsi : «La souveraineté du peuple, c’est la nation à l’état abstrait, c’est l’âme du pays ; elle se manifeste sous deux formes : d’une main, elle écrit, c’est la liberté de la presse ; de l’autre, elle vote, c’est le suffrage universel.»
 
Dimanche nous pourrons déjà nous opposer à une droite extrême, xénophobe, réductrice, méfiante, accusatrice et à une droite conservatrice bien mal incarnée, porteuse entre autre d’austérité évidemment pas partagée.
 
Dimanche nous avons notre mot à dire !   

Vendredi 14 Avril 2017 - Par SAAD | 0 commentaire

Déjà 2 mois que l’annonce des projets d’aménagement du site de Gimel et du quartier de la Fabrique a été faite, et toujours pas de réunion de commission en vue !!!
Lors du conseil municipal du 8/02, Mme le MARTY, avait présenté ces 2 projets, en prenant l’engagement que les commissions concernées se réuniraient dans les semaines à venir. Or toujours rien, comme d’habitude Mme le maire décide seule ou avec uniquement quelques élus de son cercle très restreint.
Nous avons une nouvelle fois la démonstration de ce que pense Mme MARTY. Quelque chose comme : « les autres élus de la majorité comme de l’opposition, ne peuvent de toute façon rien apporter aux projets et aux débats ! »


LES COMMISSIONS MUNICIPALES
Des lieux pour la réflexion collective ?
  
Si la création des commissions municipales reste une prérogative facultative, sauf pour les appels d’offres (Article 22 du code des marchés publics), le législateur les a cependant fortement recommandées en tant que commissions d’étude, afin de procéder à un examen préparatoire des questions soumises ensuite au Conseil municipal.
 
Devant cette recommandation, deux attitudes opposées se manifestent historiquement selon que le type de pensée politique  est conservateur ou progressiste.
 
Dans le premier cas, on considère  que ces commissions ne font que retarder le passage à l’action ; en conséquence, elles sont au mieux tolérées et leur rôle devient alors purement formel, comme simple faire-valoir. L’exigence minimale pour qu’elles soient opérationnelles suppose en effet une condition : à savoir que les commissaires disposent au moment de la convocation ou, au pire, au moment de la réunion, des informations susceptibles de les aider à formuler un avis éclairé. Est-ce la pratique de l’actuelle mairesse ? NON... Parce que les disfonctionnements sont de règle tant à cause des aléas du calendrier des réunions que du manque d’informations préalables  au débat. 
Dans le second cas, on croit aux bienfaits de la réflexion collective pour renforcer la démocratie participative. On pense en effet que les dangers et les dérives du pouvoir personnel sont de cette façon sinon totalement écartés, du moins tenus à distance ; par ailleurs, on croit que plus il existe d’espace pour la réflexion collective, plus on élève le niveau  général de conscience politique. Au lieu de croire qu’on perd du temps, on en gagne sur le long terme. Cela ne signifie pas que les risques d’erreur sont de ce fait complètement éliminés mais cela signifie que ces risques sont assumés collectivement, ce qui renforce les liens du vivre ensemble.
 
Conclusion : à votre avis, au vu des dysfonctionnements qui affectent les commissions, quel type de pensée politique est aujourd’hui à l’œuvre à la mairie ? 

Mardi 4 Avril 2017 - Par SAAD | 2 commentaires

Vendredi 07 avril à 19h00 conseil municipal principalement consacré au vote du budget de la commune.
Ci-dessous l’ordre du jour de ce conseil déterminant !
 
Approbation du procès-verbal de la séance précédente
Séance du 25 MARS 2017
 
I - FINANCES, FISCALITE, ECONOMIE ET EMPLOI
1.1 Compte Administratif 2016
1.2 – Affectation des résultats de l’exercice 2016
1.3 – Comptes de gestion
1.4 - Vote des Taux
1.5– Budget primitif 2017
1.6 – Convention avec la CCIVS pour rembourser une facture de maîtrise d’œuvre concernant le projet de salle de restauration et de son satellite à Saint-Astier
 
II - TRAVAUX – VOIRIE – URBANISME
2.1 - Nomination d’un nouveau délégué titulaire au syndicat intercommunal d’assainissement ST ASTIER/MONTREM
2.2 - Opération d’éclairage public SDE 24 – Liaison douce centre culturel mise en lumière du passage piéton
2.3 - Nomination de voies
 
III - AFFAIRES CULTURELLES
3.1 - Tarif stage spectacle :
3.2 - Nomination d’un nouveau délégué titulaire au syndicat mixte du conservatoire à rayonnement départemental de la Dordogne
 
IV – QUESTIONS DIVERSES
 
Réunion d'information sur le budget communal, pour les adhérents de SAAD.
Une dizaine d'adhérents de l'association se sont retrouvés samedi 1er  avril, pour échanger sur les règles d'établissement des budgets des collectivités territoriales.
Merci à Alain BUGEAUD, ancien adjoint  au maire en charge des finances qui a animé cette rencontre.
En pièce jointe, le diaporama qui a servi, en partie, à l'animation de ce temps de formation et d'échange. 
diaporama___budget.ppt Diaporama budget.ppt  (4.45 Mo)

LA VERITABLE HISTOIRE DE LA MAISON LABIDOIRE
Jacques Monmarson le Maire de St-Astier avait convaincu son conseil municipal de l’époque de se porter acquéreur, pour une bouchée de pain (absence de succession), de cette vieille bâtisse qui menaçait de disparaître, entraînant avec elle toutes les plus vieilles maisons de la rue de la Fontaine. De toute manière c’est la collectivité qui, face au danger, aurait dû intervenir. Puis fort de son mandat de Conseiller Général, il put obtenir la prise en charge de la stabilisation de la maison par le Conseil général, à l’occasion des travaux de rénovation de la rue A. Claveille. Mais la toiture dans un état de vétusté bien avancé mis à nouveau en danger l’intégrité de cette vieille bâtisse. La réfection de la couverture devint une nécessite, la municipalité lança une consultation auprès des entreprises en mesure de réaliser ces travaux avec un échafaudage de grande hauteur, c’est l’entreprise RMPB de St-Astier qui obtint les travaux pour la somme de 36 800 €.
La municipalité pris attache de plusieurs bureaux d’étude pour étudier le coût d’une remise en état de cette vielle maison, plus de 500 000 € aurait été nécessaire pour la consolider en gros œuvre, sans pour cela effectuer les travaux de second œuvre lui permettant une nouvelle affectation.
Face à cette impasse financière la municipalité fit estimer la maison au domaine (15 000 €) et chercha un acquéreur s’engageant à remettre en état cette vieille maison chargé d’histoire.
Le patron de l’entreprise RMPB, (compagnon du tour de France) après avoir rencontré l’architecte des bâtiments de France, la Fondation du Patrimoine, sa banque, se décida de se lancer sur ce projet de rénovation, pour créer deux logements et se porta acquéreur pour la somme de 15 000 €.
Jusque-là tout va bien, mais c’était sans compter sur l’arrivée de notre Mairesse pétaradante, agente immobilière de haut vol, qui prit la tête et c’est peut dire à ses collègues de la CCIVS pour en faire le siège de l’Office de tourisme.
On a eu beau lui indiquer la proximité familiale du patron avec deux vice-présidents de bords politique différents, lui signaler l’absence de parking, que l’agrandissement du local de la halle serait moins onéreux et plus pratique. Que nenni notre aménageuse du dimanche en fit une affaire personnelle et obtint au bout du compte la réalisation de son caprice.
Le patron de RMPB qui n’en demandait pas tant, loua cette belle réalisation (vitrine de son savoir-faire) à la CCIVS.
Au final le coût pour la ville de St-Astier est de 21 800 €, en plus elle récupère les locaux de la halle et fait payer les loyers de la Maison Labidoire à la CCIVS. Elle n’est pas belle la vie à MARTYVILLE. Sauf, Sauf que Mme Marty laissa plus d’une semaine un tag insultant visant « les tous pourris d’élus » , signe sans doute qu’ elle ne se sentait pas visée, surement parce que proche des idées d’extrême droite, et pourtant !!!

Mardi 14 Mars 2017 - Par SAAD | 18 commentaires

Cette 3e rencontre a eu pour thème l’avenir de la vie associative à Saint-Astier. La rencontre a confirmé l’intérêt d’un échange régulier entre les élus de l’opposition et les citoyens de notre ville ; la satisfaction ressentie à la fin était évidente, chacun ayant le sentiment d’avoir pu s’exprimer librement et d’avoir ainsi contribué à enrichir la réflexion collective sur un sujet capital pour le vivre ensemble. S’interroger sur la manière de renforcer le lien social et le dynamisme des territoires est devenu en effet une nécessité, au vu des dérives de l’actuelle municipalité.


Rencontre citoyenne du 8 mars
 
Pourquoi la nécessité d’une réflexion critique ?
Pour que cette réflexion permette d’élaborer  un projet de soutien aux associations selon des orientations et des principes qui consistent à valoriser l’action des bénévoles. Lors des échanges, plusieurs personnes ont fait part de leurs inquiétudes au regard de la politique municipale  actuellement mise en œuvre.
« Le rôle  des associations loi 1901 reconnues d’utilité publique n’est plus vraiment reconnu ».
« Les subventions municipales sont prévues pour aider à leur fonctionnement ; en conséquence,  les juger essentiellement en  fonction de leur capacité à organiser des manifestations de prestige, c’est négatif à plus d’un titre »
 
- Il est bien sûr légitime de vouloir que ces manifestations soient réussies mais pas au point de considérer que les bénévoles doivent se contenter de donner un coup de main, comme de simples supplétifs, au moment d’une manifestation publique...  Vouloir recourir à des professionnels de l’événementiel est dangereux si cela conduit à les laisser maître de l’événement ; cela revient à dévaloriser le travail accompli au long de l’année par les bénévoles. Pour eux, l’événementiel doit être la conclusion de leurs efforts au long des jours, des semaines et des mois.  On voit se dessiner, sous la direction impérieuse de Mme Marty, une tendance lourde très préoccupante : elle aboutit à vouloir professionnaliser le dévouement et à vouloir marchandiser la vie associative sous prétexte d’offrir une belle vitrine.
 
- Bien sûr, il faut que  la municipalité apporte un appui logistique aux associations mais pas seulement un appui ponctuel ; c’est tout au long de l’année qu’elle doit soutenir l’activité des bénévoles, sans se substituer à eux. Leur enlever la responsabilité de leur action sous prétexte d’efficacité événementielle revient à déconsidérer le bénévolat et à démotiver les bénévoles. On court le risque de dénaturer l’esprit associatif... Mme Marty en a-t-elle conscience ?
  
- Un échange a eu lieu sur les critères qu’il convient d’appliquer pour  l’attribution de subventions. L’organisation d’événements doit être pris en compte sans pour autant perdre de vue les autres missions essentielles de chaque association (lien social quotidien, éducation, encadrement à la pratique et à la découverte d’activités sportives pour les plus jeunes,…). Une piste  a été soumise à la réflexion : elle consisterait à distinguer dans le budget associatif ce qui relève du fonctionnement en vue d’activités étalées dans le temps et ce qui relève de l’événementiel.
 
Suite à ces riches échanges sur les enjeux d’une implication forte des acteurs associatifs du territoire, il a été fait un point sur les actualités relevant de la commune et de la communauté de communes.
Commencée à 18h30 la discussion s’est poursuivie  autour du verre de l’amitié ; ce compte-rendu ne peut  donner qu’une faible idée de la diversité et de l’intérêt des échanges. 

MERCREDI 8 MARS 3EME RENCONTRE CITOYENNE DE SAAD


Comme pour les précédents les conseillers municipaux d’opposition seront présents et donc en capacité de vous indiquer leurs points de vue sur la gestion municipale et intercommunale.

 
Nous avons choisi pour thème principal la vie associative qui est à notre sens le poumon de la cité. C’est au travers du réseau associatif que les citoyens, tout en pratiquant les activités qu’ils préfèrent, animent la ville, gèrent le sport, la culture, s’impliquent dans le social, partagent, informent…Nous pouvons tous être des acteurs de notre quotidien !

 
Au-delà de ce thème central tous les sujets qui nous animent pourront évidement être abordés.
 

A mercredi !!!   

La thématique de la propreté en ville reste d’une très grande actualité.
Les élections municipales ont révélé à quel point les Français se préoccupaient de cette question, aussi importante à leurs yeux que celle de la sécurité par exemple.
Pour les Français, la propreté est même le premier critère qui définit la ville idéale (45 %) suivi d’un taux de chômage bas (40 %), de transports en commun et d’espaces verts (36 %) et d’absence d’embouteillages (17 %).

Notre ville s’est vue dotée de colonnes enterrées place de la République et au rond-point Mallebay afin que les habitants des secteurs concernés puissent déposer leurs déchets ménagers, pour les autres la déchèterie des courroies est à leur disposition.
Des habitants du cœur de Saint-Astier nous ont fait parvenir des photos (en les commentant) afin de nous faire part de leur indignation concernant la propreté dans nos rues et particulièrement Place de la République.
Il y a fort à parier que Madame le Maire ne les publiera pas dans son prochain journal municipal !
 
Madame Marty, vous êtes en tant que Maire et vice-présidente de la  CCIVS tenue à ce que ce genre de situation ne se reproduise pas. Prenez exemple sur votre Mentor le Maire de Périgueux qui malgré que les ordures ménagères soient collectées par le Grand Périgueux a maintenu une brigade d’agents municipaux pour veiller à la propreté de sa ville.
Mais sans doute êtes-vous trop occupée dans l’organisation de la Félibrée, dans le dynamitage du roc de Crognac,  pour vous soucier du bien être de vos administrés !!!
LA PROPRETE C’EST L’AFFAIRE DE TOUS…ELUS COMPRIS !

On était si fier de notre marché, celui que l’on citait comme l’un des plus beau de Dordogne. Seul moment peut-être ou Saint-Astier pouvait rivaliser avec Périgueux, Bergerac et Sarlat.


OU SONT PASSEES LES MARCHES DU JEUDI MATIN D’ANTAN.

Maintenant de Périgueux à Sarlat, de Nontron à Montpon, de Terrasson à Beaumont (et oui les commerçants font le tour de la Dordogne) on se moque de nous, nous sommes devenus la risée de la Dordogne. Voilà la triste réalité de notre marché sous l'ère Marty.

Certes la crise économique, une période électorale pleine d’incertitudes, des coûts pour les commerçants qui augmentent, et d’autres facteurs sont probablement des paramètres qui interviennent dans ce lent déclin. Mais en tant qu’élus on ne peut pas être seulement dans le constat !

Nous pensons que le marché est un fleuron de notre cité et est (ou a été) un des éléments de 1er ordre qui intervient dans le choix de venir s’installer chez nous. C’est un espace convivial, dynamique, de lien social indispensable à notre société. Un lieu de passage attractif et séduisant pour les touristes C’est un rendez-vous incontournable sur notre territoire et bien au-delà de la commune. Il s’agit là de l’image de Saint-Astier, c’est un véritable enjeu à la fois social et économique !!!
 
Quelle tristesse, conseillères et conseillers de Mme Marty. Réveillez-vous ! Quand on « hérite » d’une telle tradition, on n’a pas le droit de la laisser se déliter.      

Que de chamboulements depuis l’arrivée de Marty à la mairie
 
Plusieurs manifestations emblématiques de Saint-Astier, ont disparu: La  Fête du cheval, la Valentin HUOT, d’autres sont en cours de disparition ou encore incertaines pour 2017 : le Festival de la Vallée, la soirée téléthon annulée en 2016, le DESTOCK’ ART qui n’aura pas lieu cette année, la Barjot,  sans oublier le comice qui ne devrait avoir lieu que le samedi en 2017.
A cela il convient d’ajouter la disparition de Loisir amitié handicap, le déménagement de l’association du CRAC sur Montanceix.
Cela commence à faire beaucoup et ne peut être mis seulement sur le compte du renouvellement naturel des manifestations sur un territoire.
Les soutiens de Mme le maire, nous répondrons qu’il y a de nouvelles manifestations tout aussi intéressantes : Octobre Rose, La fête des lumières, la nuit de l’Hermite, la fête du canard, le village marocain. Mais qui organise ces manifestations ? La municipalité et  le comité des fêtes, ce dernier se voyant d’ailleurs parfois quelque peu contraint de prendre en charge certaines de ces manifestations.
C’est la nouvelle dynamique de notre ville : disparition de manifestations organisées par des associations différentes, remplacées par des animations organisées par la municipalité et son comité des fêtes ou par un comité d’organisation spécifique comme ce sera le cas pour la Félibrée ; ou bien encore l’absence de représentants de la municipalité aux assemblées générales de certaines associations, comme de la remise des prix  lors de la dernière course cycliste !!!
 
Le lien social et le dynamisme de nos territoires ruraux dépend des nombreux bénévoles qui  s’engagent sans compter dans le tissu associatif local, cet engagement est fragile et  demande d’être entretenu par les communes et leurs élus.
Au vu de ce premier bilan on est en droit de douter de la politique municipale actuelle, incarnée par notre mairesse, plus préoccupée d’entretenir son image que celle de notre ville !
 
Nous en reparlerons et échangerons très prochainement sur les difficultés du réseau associatif de la commune qui reste pour nous le poumon de la cité !
LA VIE ASSOCIATIVE ASTERIENNE S'ESSOUFFLE !

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 17
Partager ce site

Facebook

S'abonner à la newsletter


Facebook
Newsletter